Historique

hist1Sourire sans Faim a vu le jour à la suite d’initiatives prises par des membres du groupe de femmes «CRI La Marg’elle» de Saint-Rémi.

Devant le constat que les principaux besoins des personnes démunies étaient de briser leur isolement ainsi que de développer des hist4habitudes alimentaires saines et équilibrées, le comité de femmes propose de mettre sur pied un lieu permettant de soutenir les chefs de famille dans leur rôle. En juillet 1993, un projet de développement à l’emploi du gouvernement fédéral a permis l’embauche temporaire de quatre personnes pour l’implantation de cuisines collectives.

hist3En octobre 1993, l’organisme ouvre officiellement ses portes au 900 A, rue Notre-Dame à Saint-Rémi sous la direction de madame Sylvie Rémillard,initiatrice du projet. Depuis, l’organisme a grandi et a fait des petits : cuisines collectives, popote roulante, réseau d’entraide alimentaire, halte-garderie, ateliers de support parental, activités socio-communautaires, boutique et bien d’autres. Sa mission s’est élargie et c’est par l’entremise de ces diverses activités que l’organisme rejoint aujourd’hui plus de trois cent familles chaque année.

 

Des faits marquants :

1994

  • En janvier 1994, le début de l’intégration de dix (10) bénéficiaires d’aide sociale sur un projet EXTRA géré par la Régie de la santé et des services sociaux. Ce programme vise l’intégration du marché du travail.
  • Le début de cette année est aussi marquée par l’émergence d’un projet de récupération et redistribution de denrées périssables.
  • En février 1994, la mise sur pied d’un comité de financement permet l’implantation de Opération Solidarité Parrainage.
  • En juin 1994, la mise sur pied d’une halte-répit pour les enfants des parents participants aux cuisines collectives.
  • En juillet 1994, la préparation et la réalisation d’une activité d’autofinancement permettant la participation de 29 personnes à un camp de vacances familial.

popote94

  • La mise sur pied d’un comité de Popote roulante arrive en novembre 1994.
  • En décembre 1994, le début d’un projet P.A.C.E géré par Santé Canada. Ce programme vise le développement des enfants 0 à 5 ans ainsi que le renforcement des habiletés parentales. Le projet de l’organisme permettra l’élaboration d’ateliers de stimulation ayant comme objectif d’augmenter le bien-être des enfants et les relations parents/enfants. De plus, nous aspirons à briser l’isolement des familles à risque et à diminuer l’ampleur du retard de développement chez les enfants.

1995

  • En février 1995, l’obtention d’un projet de développement d’emploi permet de poursuivre les activités ainsi que de structurer le projet de distribution alimentaire nommé « Partageatout ».
  • Le contenu étant maintenant élaboré, les premiers groupes de parents participent aux ateliers de stimulation « Éveilatout » en avril 1995. L’expérience se révèle un tel succès que l’Université de Montréal et la Direction de la Santé publique s’associent aux deux sessions suivantes dans une démarche d’évaluation des résultats atteints.
  • En juin 1995, l’organisme soutient un groupe de 9 familles dans différentes activités d’autofinancement afin de permettre l’accès à un camp de vacances.
  • Un service de popote roulante distribue ses premiers repas en juin 1995, grâce aux efforts du comité et d’une subvention de Nouveaux Horizons. Sourire sans Faim assure un support logistique au comité de personnes aînées qui eux voit à la réalisation des activités.
  • L’été 1995 marque l’implantation du service de distribution alimentaire. Un comité de 10 usagers élabore les principes de base, les modalités de participation et le fonctionnement de ce volet. Nous recevons des surplus de denrées de 49 producteurs locaux.
  • En septembre 1995, la halte-répit reçoit régulièrement des enfants et offre maintenant des activités d’animation pour les enfants du comité 1,2,3 Go (une initiative de Centraide) et pour le programme Y’a personne de parfait » offert par le C.L.S.C.
  • En novembre 1995, la deuxième Opération Solidarité Parrainage débute. L’initiative est supportée par un comité issu de la communauté, présidé par M. Pierre Sauriol.

1996

  • Sourire sans Faim dispensera le programme Y.A.P.P. à partir de l’automne 1996. De plus, la halte-répit devient un lieu de formation pratique et d’intégration à l’emploi d’animatrice en petite enfance.

1998

  • La Banque de Montréal reconnaît l’implication de Sourire sans Faim et remet un chèque de 1250 $ en guise de reconnaissance de l’implication de l’équipe durant la tempête du verglas.

1erepellete

 

  • En février 1998, l’organisme se lance un défi de taille. Construire un Centre de solidarité familial. La participation d’une centaine de donateurs et plus de 50 bénévoles concrétisent le rêve de l’équipe et le centre s’élève au 2A, rue Sainte-Famille et on y aménage le 9 juin 1998.
  • L’inauguration du parc d’amusement extérieur de la halte-répit, commandité par les Chevaliers de Colomb de Saint-Rémi.

parc

  • Souriatout voit le jour. Souriatout est une période d’activités stimulantes offerte aux enfants durant la distribution alimentaire. Elle permet aux parents d’avoir un petit moment de répit et aux enfants de socialiser avec d’autres enfants.

2000

  • Devant la réalité rurale du territoire de la MRC des Jardins-de-Napierville, l’accessibilité aux activités offertes demeure un enjeu important pour une grande partie des résidents. Dans l’esprit de diminuer l’impact de cet obstacle, l’achat d’une camionnette neuve permet de répondre à ce besoin et d’offrir le transport aux participants de nos activités et de l’aide alimentaire.

camion

2001

  • La construction d’une rampe d’accès pour les personnes à mobilité réduite facilite la venue de nos précieux collaborateurs.
  • La Fondation Charles-Coderre nous attribue le Prix reconnaissance en développement social.

2003

  • Sylvie Rémillard reçoit le prix Gilles-Cousineau de Centraide pour son engagement social profond et la qualité exceptionnelle du travail accompli.

2004

  • En l’honneur de l’implication de madame Danielle Caron-Sauriol au conseil d’administration de Sourire sans Faim de 1993 à 2004, la salle connue sous le nom de « la salle Familiale » est renommée à son nom.

 

mc24282006

  • La construction d’un agrandissement de 26 x 60 pieds permet le démarrage de la Boutique du Bambin, une entreprise d’économie sociale, une ouverture sur le recyclage, la récupération. Nous allons jusqu’au compostage des surplus alimentaires.
  • Nouveauté à la halte-garderie, madame Popote visite les enfants. Vêtue de son tablier et de son chapeau de chef cuisinier, elle aborde divers sujets sur l’alimentation afin de stimuler chez eux le goût d’une saine alimentation. Comme des éponges, ils absorbent l’information de ce programme visant la sensibilisation à une saine alimentation.
  • Également, les ateliers de créativité, les petits cuistots pour les 6-12 ans et les cuisines éducatives sont ajoutés au programme afin de rencontrer davantage notre mission qui est, entre autre, de briser l’isolement et d’informer sur une saine alimentation.
  • Le comité d’entraide familiale de Saint-Rémi s’associe avec Sourire sans Faim pour l’évaluation des besoins dans la distribution des paniers de Noël. Sourire sans Fin aide le comité d’entraide de Saint-Rémi en rencontrant les personnes et les familles dans le besoin et depuis, d’autres municipalités de la MRC des Jardins-de-Napierville se sont jointes à nous.

 

2007

  • En mars 2007, un agrandissement 30 x 32 pieds à l’arrière de la construction initiale de la Boutique du Bambin permettra le démarrage d’ateliers (de transfert des compétences) dans le travail du bois et de la couture.

2008

  • En octobre 2008, le manque d’espace impose une autre construction, cette fois c’est du côté ouest que s’ajoute une extension de 20 x 40 pieds. De plus, l’achat d’un véhicule neuf, utile au transport des participants et des denrées, assure la continuité des activités.

2009

  • logossf2La crise d’adolescence : 15 ans. Nous redessinons le logo et changeons le FAIM pour un FIN. La mission vise à rejoindre l’ensemble des familles de la MRC et nous devons s’assurer de projeter l’image de l’organisme famille que nous sommes.
  • « Maman, papa et toi pour la vie » s’inscrit à nos activités. Le programme MP3 est animé par l’intervenante Famille/Enfance/Jeunesse, et poursuit son partenariat avec les écoles primaires de la région. Ce programme consiste en des rencontres animées auprès d’un petit groupe d’enfants âgés de 8 à 12 ans, vivant la séparation ou le divorce de leurs parents. Ces rencontres visent à accompagner et supporter les enfants dans ce qu’ils vivent par le biais de discussions, dessins, histoires, images et mises en situation.


2011

  • Une nouvelle initiative de Sourire sans Fin a permis à 44 enfants, issus de 31
    familles différentes, de participer à des camps thématiques sous le nom des Débrouilles-Atout. Ces camps favorisent l’épanouissement personnel et créatif en exploitant les thèmes : bois, couture et cuisine.

 


IMG_32752012

  • Un agrandissement de 1 600 pieds carrés ce qui conduit Sourire sans Fin à une dimension respectable de 8 060 pieds carrés.
  • Avec l’agrandissement, un espace supplémentaire est disponible pour la Boutique de 390 pi carré apportant une surface de vente totale à 1560 pi 2 avec l’ aménagement de l’arrière boutique.
  • Avec l’agrandissement, l’aménagement d’un nouveau local à la halte-garderie est disponible et un réaménagement des locaux au deuxième étage est effectué.
  • Sourire sans Fin a procédé à l’achat de matériel pour développer la psychomotricité des enfants.
  • Un bureau et un poste d’ordinateur sont maintenant disponible pour les membres.

2013

  • Lancement de la capsule vidéo « une économie qui a du cœur » dans le cadre de la campagne de promotion de l’économie sociale.
  •  Je tisse des liens gagnants : Un nouveau programme en partenariat avec le CSSS  et les Centres jeunesses qui a pour but d’outiller les familles en leur offrant un suivi adapté à leur besoin et en favorisant des moments d’échange par différentes actions, comme des rencontres de groupe,  accompagnement d’un parent-soutien et activités collectives.
  •  Une troisième cloche pour recueillir les dons a été installée sur la rue Notre-Dame.

2014