Notre enfant nous ment!

Entre 5 et 8 ans, les mensonges et fabulations sont très fréquents, car les enfants quittent progressivement une période plus égocentrique pour se tourner lentement vers les autres. Ils commencent à prendre conscience du pouvoir que leurs actes et leurs paroles ont sur les gens.

Une fois plus vieux, lorsque les enfants continuent de mentir, cela peut toutefois devenir problématique, surtout s’ils le font régulièrement. Mais pourquoi mentent-ils donc ?

Pour avoir de l’attention : Certains enfants découvrent rapidement que de raconter des histoires intéressantes ou originales fait en sorte d’attirer l’attention des autres sur soi.  Ils inventeront alors des histoires fictives remplies de péripéties afin d’obtenir des réactions chez leur entourage.

Pour se sortir du trouble : Lorsqu’ils sont pris en faute, certains enfants se sentent attaqués et cherchent par tous les moyens à se protéger. Ils pourraient alors mentir afin d’éviter d’être punis ou de perdre la confiance de l’adulte. Le mensonge deviendrait aussi une façon de se désengager face à l’erreur ou la gaffe qu’ils ont commises. En fuyant leurs responsabilités, ils cherchent à éviter les conséquences de leurs gestes.

Pour qu’on les laisse tranquilles : D’autres enfants prennent l’habitude de mentir lorsqu’on leur pose trop de questions ou que l’on semble s’inquiéter à leur sujet. En mentant, ils visent ainsi à se sauver d’une situation où ils se sentent coincés.

Pour la hausse d’adrénaline : Mentir ou se défiler d’une contrainte ou d’une conséquence peut entraîner un intense sentiment de puissance chez certains et leur donner envie de répéter l’expérience.

Pour s’opposer : Certains enfants mentent par goût du défi, afin d’obtenir une réaction de l’autre. Leurs mensonges même s’ils sont parfois évidents visent à déclencher un conflit.

Pour augmenter leur estime de soi : Ces enfants embellissent la vérité afin de se rendre intéressants. N’ayant pas confiance en eux, ils croient que leur vérité n’est pas suffisamment intéressante afin d’obtenir l’attention des autres ou qu’on les apprécie.

Pour se désennuyer : Certains d’entre eux prendront simplement plaisir à embobiner les autres et chasseront ainsi leur ennui en racontant des histoires.

Pour aider votre enfant à diminuer la fréquence de ses mensonges, voici quelques suggestions :

Ne faites pas d’enquête. Ne cherchez pas à ce que votre enfant vous raconte tout et dans les moindres détails. Laissez-lui son jardin secret.

Félicitez-le lorsqu’il vous dit la vérité et récompensez-le en lui donnant de l’attention ou une activité-privilège.

Encouragez votre enfant à écrire des histoires ou des blagues afin de canaliser son besoin d’inventer.

Réduisez les gains! Plus les mensonges de votre enfant seront payants pour lui, plus il risque de continuer à agir de la sorte. Ainsi, s’il cherche de l’attention, restez un peu distant, s’il cherche le conflit, ignorez-le, etc.

Insistez sur vos valeurs plutôt que sur le mensonge : Faites-lui comprendre que c’est important de dire la vérité afin de mériter la confiance des gens.

Ne tendez jamais de piège : Évitez de le pousser à mentir. Par exemple, en laissant traîner de l’argent pour voir s’il va le voler ou lui demander comment s’est passé sa journée à l’école après que son professeur vous a téléphoné pour vous aviser qu’il avait eu un mauvais comportement.

Remettez en question vos réactions lorsqu’il commet une erreur : Est-ce que vous réagissez fortement, criez, le punissez excessivement ? Il se pourrait qu’il vous mente par peur de vos réactions. Ne le traitez jamais de menteur même s’il a menti ni de quoi que ce soit d’autre non plus… voleur, égoïste, etc.

N’attendez pas d’avoir des « preuves » pour agir : Si vous êtes certains qu’il vous a menti, appliquez la conséquence prévue.  Privilégiez le geste de réparation (s’excuser, rembourser quelque chose qu’il a brisé, rendre service à la personne lésée, etc.) plutôt que la punition. Dites-lui calmement que vous savez qu’il a menti et que vous aimeriez l’entendre de sa bouche. S’il finit par vous dire la vérité une fois la conséquence donnée, vous pouvez la diminuer afin d’encourager ses marques d’honnêteté.

Soyez vous-mêmes un bon modèle : Dites-lui la vérité, sans nécessairement tout lui raconter, car certaines choses ne le concernent pas.

Prenez le temps de lire un livre avec votre enfant afin d’ouvrir la discussion sur le sujet du mensonge.

Suggestions de livres sur le thème du mensonge:

-Et si je racontais un mensonge? de Brigitte Labbé. Papa raconte un petit mensonge que Filou ne laisse pas passer. On lui a toujours dit qu’il ne faut pas mentir. Une collection pour favoriser l’échange parents-enfants.

-Le macaroni du vendredi de Danielle Simard. Dans la classe de Julien, les élèves doivent faire un exposé sur ce qu’ils réussissent d’extraordinaire en dehors de l’école. Julien est passionné par les livres, mais se voit mal en faire un exposé; il a peur d’être la risée de ses camarades. Il décide alors d’apporter un château fait en nouilles par sa sœur. Il doit mentir à son père, il se brouille avec son meilleur ami…C’est compliqué de mentir.

-Non, c’est pas moi! de Michel Piquemal. Lorsque ses parents lui demandent s’il a cassé la vitre, Piccolo dit « Non ». Puis il explique que ce n’est pas lui, car il ne l’a pas fait exprès. Est-ce grave de mentir pour ne pas être grondé? Peut-on mentir pour rigoler ou pour faire plaisir? Est-il possible de vivre sans jamais mentir du tout?

-Petits et gros mensonges! de Stéphanie Duval. Un petit mensonge par-ci, un gros mensonge par-là… Pour éviter une sanction ou par peur de décevoir, Lulu invente des histoires qu’elle raconte à ses parents ou à ses copains. Mais, pour ne pas perdre la confiance des siens, elle va devoir faire des efforts : reconnaître ses erreurs, dire la vérité… Ça soulage et ça fait grandir!

-Trop… menteur! de Danielle Vaillancourt. Néva va visiter son cousin Zakari. Zakari a plein d’amis. Parmi eux, il y a un nouveau venu, Jonathan Turpin-Laporte, qui raconte des histoires invraisemblables. Au début, les amis l’écoutent, mais plus il en rajoute, moins ils le croient. Et moins ils ont envie de jouer avec lui… Il comprendra que la seule véritable façon de se faire des amis, ce n’est pas de mentir, mais de s’amuser, simplement, avec eux.