Mon enfant ne veut plus faire la sieste

Pour la plupart des enfants, la sieste est un moment de détente agréable et il faut même parfois les réveiller après deux heures de sommeil profond. Pour d’autres, la sieste est un moment détesté pendant lequel ils devront rester là, immobiles, pendant une longue et désagréable période. Ces enfants en viennent parfois à redouter le dîner ou même toute la journée à la garderie tellement ce moment leur déplaît. Finalement, pour certains parents, cette sieste semble perturber le sommeil et les dérange parce qu’ils ne savent plus où donner de la tête le soir venu.

La différence entre la garderie et la maison

 À la garderie, la sieste a de bonnes raisons d’exister et est généralement plus facile à présenter. Elle fait partie d’une routine et elle permet aux enfants de prendre une pause et de se reposer après avoir beaucoup joué avec leurs amis. Elle permet aussi aux éducatrices de prendre leur pause et la présence des autres enfants qui dorment sur leur petit matelas avec les lumières tamisées crée un effet d’entraînement qui aide beaucoup à les mettre dans l’ambiance.

À la maison le weekend, c’est une autre histoire. Papa et maman ne font pas vraiment la sieste et l’horaire de l’après-midi n’est pas aussi planifié qu’à la garderie. On ne sait pas toujours où on sera après le dîner et la routine est vite mise au rancart au profit du plaisir de passer du temps en famille. Résultat? Les enfants passent deux jours sans sieste et n’ont plus tellement envie de s’y remettre le lundi. Parfois, ils parviennent à se réhabituer à la routine grâce à l’effet d’entraînement mentionné précédemment, d’autres fois, ils refusent obstinément de faire ce qu’ils perçoivent désormais comme une activité facultative.

« Sa sieste l’empêche de dormir le soir! »

 Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la sieste n’empêche pas les bébés de dormir. Au contraire, la sieste calmerait les enfants, et les enfants calmes et reposés auraient plus de facilité à dormir le soir que les enfants bougons et fatigués. On a donc tout intérêt à encourager notre enfant à dormir en après-midi, ou du moins à se reposer, selon les besoins de sa tranche d’âge.

A-t-il besoin d’une sieste?

 Le besoin de sommeil change rapidement au cours des premières années de vie d’un enfant. Jusqu’à l’âge de trois mois environ, les besoins en sommeil sont très importants et ils diminuent progressivement jusqu’à l’âge de 2 ans. Entre temps, les enfants trouvent leur rythme circadien et dorment de plus en plus la nuit et de moins en moins le jour. Vers 2 ans, une sieste de deux heures en début d’après-midi suffit largement.

Toutefois, le besoin de sommeil varie beaucoup d’un enfant à un autre. Pour certains, la sieste est toujours de trop. Pour d’autres, une sieste manquée est un gage d’une bien mauvaise journée. C’est l’état général de votre enfant qui vous dira s’il a besoin de sommeil. S’il est toujours fatigué ou irritable en après-midi, c’est qu’il en a besoin. Même si ça ne lui fait pas plaisir.

Et s’il n’arrive pas du tout à dormir?

 Si votre enfant n’arrive plus à faire la sieste, et que vous croyez qu’il en a encore besoin, vous pouvez prendre un certain nombre de mesures qui rendront cette routine plus agréable à ses yeux. D’abord, afin d’éviter de causer une rupture chaque fin de semaine, continuez de préparer la sieste à la maison. Fermez les rideaux, éteignez la lumière, créez une atmosphère calme et étendez-vous avec votre enfant au tout début pendant quelques minutes. Peu à peu, en se détendant, il réussira à s’endormir, sinon il aura au moins eu un petit moment de repos et sa routine sera maintenue.

S’il vous parle de la sieste à la garderie comme de quelque chose qu’il n’aime pas, donnez-lui des trucs pour passer le temps. S’il ferme les yeux et compte les moutons (ou les camions), son éducatrice ne le trouvera pas turbulent et ce sera comme un jeu silencieux. Sinon, il peut faire des étirements, penser à ce qu’il voudra faire en arrivant à la maison, s’imaginer ce que ses personnages préférés feraient pendant la sieste, etc. Le tout, c’est de stimuler son imagination et de le faire réfléchir à des solutions qui ne dérangeront pas le groupe et qui le désennuieront.

À force de parler de cette fameuse sieste, vous comprendrez mieux ses besoins et vous trouverez éventuellement un équilibre entre son besoin de sommeil et l’obligation de suivre le rythme du groupe

Source : mamanpourlavie.com