Croire aux contes de fées

Par Sandra Trudeau
Intervenante Famille/enfance

Faut-il raconter des histoires à dormir debout aux enfants? Le Père Noël, les œufs des lapins de Pâques, la Fée des dents?

Nous avons tous cru au Père Noël. Pourquoi mentir ainsi aux enfants, alors que nous leur apprenons à toujours être honnêtes? À quel âge leur avouer la vérité?

Faut-il absolument dire la vérité à ses enfants?

Non. Les petits enfants vivent dans un monde mi- réel mi- imaginaire, peuplé de fées, de dragons, de chiens qui parlent, de fantômes et de héros de bandes dessinées… Leur besoin de merveilleux est une sorte de protection contre les dures réalités du monde extérieur, et il n’y a aucune raison de vouloir à tout prix les forcer à avoir « les pieds sur terre » quand ils sont petits.

Certes, vous pensez que l’histoire du Père Noël est difficile à croire! Pourtant, un gros bonhomme qui vit dans le ciel, se promène en traîneau tiré par des rennes, et apporte en une nuit des cadeaux à tous les enfants du monde, pour eux, cela n’a rien d’extraordinaire! Pas plus que des cloches qui sèment des chocolats, ou des petites souris qui échangent une dent de lait contre une pièce sous leur oreiller! En revanche, si l’enfant s’étonne de voir cinq Pères Noël d’affilée dans une rue commerçante, expliquez-lui que ce sont des gens qui se déguisent, et que le vrai, lui, ne vient que lorsque les enfants sont couchés.

Quand lui dire la vérité?

On peut prolonger la magie tant que l’enfant « marche ». On distingue deux situations :

Il est petit et un grand lui a affirmé que le Père Noël ou un autre personnage imaginaire auquel il tient n’existait pas
Si vous le sentez malheureux, rassurez-le et dites-lui que si certains n’y croient pas, vous y croyez et respectez cette tradition. Cela devrait le satisfaire.

Il est plus grand et commence à poser des questions
Quand il commence à vous interroger, il a généralement déjà de très gros doutes… pour ne pas dire qu’il a tout compris! S’il a 5-6 ans environ (l’âge habituel auquel il commence à ne plus y croire), il sera peut-être un peu déçu que vous confirmiez ses craintes, mais c’est mieux pour lui que de se sentir idiot parce que plus personne dans sa classe n’y croit!

Ce n’est que vers 7-8 ans que l’enfant fera le passage de l’imaginaire à la réalité grâce au développement de la pensée opératoire concrète qui donne accès à la logique. Lorsque le petit place une dent sous l’oreiller, quand il part à la chasse aux cocos de Pâques, qu’il bricole un sapin de Noël ou une décoration, lorsqu’il souhaite tel ou tel jouet et attend le jour de Noël, il apprend à anticiper, à se situer dans le temps, il stimule sa créativité, son imagination. Il prépare son cœur à la fête. Lorsqu’il dessine une carte de Noël, fabrique une couronne ou un napperon pour offrir en cadeau, il est sensibilisé à la générosité.

Source : mamanpourlavie.com